Ingénu (l’) (résumé) - Voltaire

Résumé

Ce conte comporte 20 chapitres : les sept premiers se déroulent en Bretagne, le chapitre huit relate le voyage de L’Ingénu de Saint-Malo à Paris, les douze chapitres suivants se passent à Paris.

Chapitre 1 : A Saint-Malo, St DUNSTAN ( Irlandais) fonde un prieuré. Il vit avec sa sœur Melle KERKABON, elle a 45 ans. Le 15 / 07 / 1689, ils rencontrent un Huron et décident de l’héberger. Il se nomme L’ INGENU parce que, confie-t-il ” je dis toujours naïvement ce que je pense.”

Chapitre 2 : Il s’avère que le Huron est le neveu de St Dunstan ( son frère était parti avec sa femme au Canada où ils ont péri.)

Chapitre 3 : L’Ingénu apprend par cœur le ” Nouveau testament” et accepte de se faire baptiser. Il réfute les sacrements du baptême et de la confession… et s’insurge contre l’interdiction de se marier avec sa marraine, prouvant à chaque fois que c’est contraire à l’enseignement prodigué dans les Écritures. Il refuse d’admettre l’autorité du pape.

Chapitre 4 : Il veut être baptisé comme dans le Nouveau Testament, c’est-à-dire, dans une rivière. Finalement, sur les instances de Melle de St Yves, il accepte de se faire baptiser à l’église. Désormais, il s’appelle ” INGENU HERCULE de KERKABON”

Chapitre 5 : Il est amoureux de Melle de St Yves, mais comme elle est sa marraine, la religion lui interdit de l’épouser : ” Si on me prive de la belle St Yves, sous prétexte de mon baptême, je vous avertis que je l’enlève et que je me débaptise.”

Chapitre 6 : Il va demander Melle St Yves en mariage et il se heurte aux conventions en matière de mariage : pour lui, la chose est naturelle.
Melle de St Yves est envoyée au couvent par son frère, l’abbé de St Yves ; L’Ingénu est fou furieux.

Chapitre 7 : Bataille contre les Anglais qui étaient venus en France pour piller le prieuré ; L’Ingénu les repousse, il devient un héros.

Chapitre 8 : L’Ingénu quitte la Basse-Bretagne pour se rendre à Versailles pour aller recevoir, des mains de Louis XIV, la récompense qui lui a été attribuée pour avoir repoussé les Anglais. Il rencontre des protestants victimes de la révocation de l’Édit de Nantes, ce qui l’émeut profondément. Ensemble ils discutent au sujet de l’ascendant exercé par les jésuites sur le roi ; un espion les entend et prévient Versailles.

Chapitre 9 : Arrivée de L’Ingénu à Versailles. Il fait part de son envie de se rendre utile et veut parler au roi en faveur des 50 000 familles persécutées par les jésuites. Il demande aussi que l’on fasse sortir Melle de St Yves du couvent. Il réclame une compagnie de cavalerie pour défendre la Basse-Bretagne des invasions anglaises. Mais, L’Ingénu est arrêté et emprisonné à la Bastille pour avoir tenu des propos anti-jésuites. Il partage la cellule de GORDON, vieux solitaire de Port-Royal, incarcéré depuis deux ans.

Chapitre 10 : Gordon l’entretien au sujet de la différence entre les jésuites et les jansénistes. Le Huron apprend beaucoup au contact de Gordon : la géométrie, la physique….la philosophie. il accède à la connaissance et commence à se former l’esprit au point de pouvoir faire valoir son esprit critique et penser par lui-même. Malgré le plaisir de l’apprentissage, il n’oublie pas mademoiselle de St Yves, qui lui manque terriblement.

Chapitre 11 : Peu à peu, l’Ingénu se transforme en découvrant les arts et il déclare : ” [...] j’ai été changé de brute en homme.” Il s’interroge sur le sens de l’histoire et fait l’éloge de la Chine : ” tout y est vraisemblable et naturel.” Les fables l’interpellent et l’invitent à réfléchir sur le problème de la vérité : ” La vérité luit de sa propre lumière et on n’éclaire pas les esprits avec celle des bûchers.”, axiome découvert dans un livre sur l’empereur Justinien qui contredit l’axiome catholique selon lequel : ” On n’ éclaire les esprits qu’avec la flamme des bûchers..”

Chapitre 12 : Il découvre le théâtre et apprécie particulièrement Molière qui lui fait mieux connaître ” les mœurs de Paris et du genre humain.”Le théâtre de Corneille lui paraît artificiel et ne l’intéresse pas parce qu’il ne le touche pas. En revanche, l’Iphigénie de Racine l’émeut.

Chapitre 13 : En Basse-Bretagne, son oncle et sa tante sans nouvelle précise de leur neveu sont inquiets de son absence prolongée. Ils décident de se rendre à Paris pour le secourir mais en vain. par ailleurs, Mademoiselle de St Yves se voit contrainte d’épouser le fils du bailli et le jour même de son mariage, elle s’enfuit pour aller à Paris retrouver son amant. Après bien des enquêtes, elle apprend que l’Ingénu est enfermé à la Bastille. On lui conseille de se rendre chez monsieur de St Pouange, cousin de Louvois, le seul qui soit en mesure d’agir en faveur de L’ingénu.

Chapitre 14 : Le chapitre s’ouvre sur les raisons de la faculté d’apprentissage de l’Ingénu : ” La cause du développement rapide de son esprit était due à son éducation sauvage presque autant qu’à la trempe de son âme : car n’ayant rien appris dans son enfance, il n’avait point appris de préjugés. Son entendement n’ayant point été courbé par l’erreur, était demeuré dans toute sa rectitude.” Gordon est de plus séduit par la justesse des raisonnement de son compagnon et il commence à remettre en cause ses certitudes et il apprend beaucoup à son contact sur les véritables sentiments humains.

Chapitre 15 : Comme il était annoncé à la fin du chapitre 13, mademoiselle de St Yves se rend chez monsieur de St Pouange pour lui demander d’intercéder en faveur de son amant. Mais pour obtenir satisfaction il faudrait qu’elle accepte de devenir sa maîtresse. Elle refuse et décide de s’en remettre au père Tout-à-tous, celui-là même qui lui avait recommandé de consulter monsieur de St Pouange.

Chapitre 16 : Ce Jésuite conseille à mademoiselle de St Yves d’accepter : comme elle n’est pas encore mariée, elle ne commet pas d’adultère, de plus, dans la mesure où son intention est pure, puisqu’il s’agit par ce geste de sauver son amant, il ne peut en aucun cas y avoir péché. Pour achever de la convaincre, il se réfère à saint Augustin qui dans ces cas précis cautionne ce que d’habitude la religion récuse.

Chapitre 17 : Finalement, mademoiselle de St Yves accepte malgré elle mais pour la liberté de son amant : ” Enfin, après une longue résistance, après des sanglots, des cris, des larmes, affaiblie du combat, éperdue, languissante, il fallut se rendre. Elle n’eut d’autre ressource que de se promettre de ne penser qu’à l’Ingénu, tandis que le cruel jouirait impitoyablement de la nécessité où elle était réduite.”

Chapitre 18 : Dès le lendemain, elle a l’ordre de libération de son amant et se précipite à la Bastille. Tendres retrouvailles à la prison. A la demande de l’Ingénu, mademoiselle de St Yves demande la libération de Gordon : le jésuite accepte et lui donne rendez-vous pour le lendemain pour s’acquitter de cette nouvelle dette envers lui mais elle refuse de se rendre au rendez-vous.

Chapitre 19 : Retrouvailles de Gordon et de l’Ingénu avec la famille de sa maîtresse. On fait des projets de mariage, de vie heureuse à Paris. Mais mademoiselle de St Yves est rongée par les remords et le silence dans lequel elle s’enferme par crainte d’avouer à son amant le prix qu’elle a dû payer pour sa libération ” son âme tuait son corps.”

Chapitre 20 : L’état de santé de mademoiselle de St Yves empire de jour en jour et tous les médecins dépêchés à son chevet sont incapables de trouver une raison à son mal. Tous se désolent et lui témoignent la plus grande affection. Finalement elle avoue, avant de mourir, son crime. Ironie tragique, juste avant qu’elle ne meure, un courrier vient annoncer que Gordon et l’Ingénu sont attendus par Louvois, ministre du roi, pour réparer la disgrâce qu’ils avaient subie. L’ingénu devint un excellent officier, il ne put oublier mademoiselle de St Yves et ne put se résoudre à se séparer de son ami Gordon.

via Lectureencorrespondance.fr